Back To Top

8 juillet 2022

L’ex-Premier ministre japonais Shinzo Abe est décédé de son attaque par balles

L’ex-Premier ministre japonais Shinzo Abe est décédé de son attaque par balles
L’ex-Premier ministre japonais Shinzo Abe est décédé vendredi de ses blessures, quelques heures après avoir été attaqué par balles lors d’une attaque lors d’un meeting électoral à Nara (ouest), ont annoncé les médias locaux NHK et Jiji.
“Shinzo Abe a été transporté (à l’hôpital) à 12H20. Il était en état d’arrêt cardio-respiratoire à son arrivée. (Les médecins ont) tenté de le réanimer. Cependant, il est malheureusement décédé à 17H03″ (08H03 GMT), a déclaré Hidetada Fukushima, professeur de médecine d’urgence à l’hôpital de l’université médicale de Nara, situé à Kashihara, une ville voisine. M. Abe avait 67 ans.
 
Un homme suspecté d’être le tireur a été interpellé.
 
Un suspect arrêté
Citant des sources policières, la chaîne de télévision publique NHK avait déclaré plus tôt qu’un homme d’une quarantaine d’années avait été arrêté pour tentative de meurtre et qu’une arme à feu lui avait été confisquée. 
 
La police japonaise a pénétré vendredi dans le domicile du suspect, selon des images de la télévision publique NHK. Les images montraient plusieurs officiers de police portant des vêtements de protection, des casques et des boucliers entrer à l’intérieur d’un bâtiment identifié par la NHK comme le domicile de l’homme arrêté pour tentative de meurtre aussitôt après l’attaque.

 
“Un homme est arrivé par derrière”
L’ancien chef de l’exécutif, âgé de 67 ans, prononçait un discours lors d’un rassemblement de campagne en vue des élections sénatoriales de dimanche, lorsque des coups de feu ont été entendus, ont indiqué la chaîne nationale NHK et l’agence de presse Kyodo. “Il prononçait un discours et un homme est arrivé par derrière”, a déclaré à NHK une jeune femme présente sur les lieux.

 
“Grosse détonation”
“Le premier tir a fait le bruit d’un jouet. Il n’est pas tombé et il y a eu une grosse détonation. Le deuxième tir était plus visible, on pouvait voir l’étincelle et de la fumée”, a-t-elle ajouté. “Après le deuxième tir, des gens l’ont entouré et lui ont fait un massage cardiaque”, a-t-elle encore témoigné. M. Abe s’est effondré et saignait du cou, a déclaré une source du Parti libéral-démocrate (PLD) au pouvoir à l’agence de presse Jiji. Selon NHK, Shinzo Abe a été touché à la poitrine et à la nuque.
 
Le tireur a utilisé une arme artisanale
Le suspect de l’attaque a vraisemblablement utilisé une arme artisanale avec laquelle il a fait feu à deux reprise, rapporte vendredi la chaine de télévision japonaise NHK. L’homme serait un ancien membre de l’armée japonaise. L’auteur présumé a été arrêté sur place. Il aurait été membre de la Marine pendant trois ans, jusqu’en 2005 (suite ci-dessous).
“Un acte barbare”
Le Premier ministre japonais Fumio Kishida a déploré vendredi “un acte barbare en pleine campagne électorale, qui est la base de la démocratie, et c’est absolument impardonnable”, disant prier pour son ancien mentor politique et dont il avait été ministre des Affaires étrangères de 2012 à 2017. 
 
Arrêt cardio-respiratoire
Les chaînes d’info NHK et Kyodo avaient toutes deux rapporté que M. Abe avait été emmené à l’hôpital et semblait être en arrêt cardio-respiratoire – un terme utilisé au Japon indiquant l’absence de signe de vie, et précédant généralement un certificat de décès officiel. Plusieurs médias ont rapporté qu’il semblait s’être fait tirer dessus par derrière, probablement avec un fusil (suite ci-dessous).
Premier ministre de 2012 à 2020
M. Abe était le Premier ministre japonais à être resté le plus longtemps au pouvoir. Il a été en poste en 2006 pour un an, puis de nouveau de 2012 à 2020, date à laquelle il avait été contraint de démissionner pour des raisons de santé.

L’ambassadeur américain “choqué”
L’ambassadeur américain au Japon, Rahm Emanuel, a déploré cette attaque. “Nous sommes tous tristes et choqués par l’attaque par balle contre l’ancien Premier ministre Abe Shinzo. Abe-san a été un dirigeant exceptionnel du Japon et un allié indéfectible des États-Unis. Le gouvernement et le peuple américains prient pour le bien-être d’Abe-san, de sa famille et du peuple japonais”, a déclaré M. Emanuel dans un communiqué.
 
Attaque rarissime
Le Japon dispose de l’une des législations les plus strictes au monde en matière de contrôle des armes à feu, et le nombre annuel de décès par de telles armes dans ce pays de 125 millions d’habitants est extrêmement faible. L’obtention d’un permis de port d’arme est un processus long et compliqué, même pour les citoyens japonais, qui doivent d’abord obtenir une recommandation d’une association de tir, puis se soumettre à de stricts contrôles de police.
 
Réactions internationales
Les Etats-Unis sont “profondément préoccupés” par l’attaque par balle contre Shinzo Abe, a déclaré vendredi le secrétaire d’État américain Antony Blinken. “C’est un moment très, très triste”, a dit M. Blinken aux journalistes lors d’une réunion du G20 à Bali, affirmant que les États-Unis étaient “profondément tristes et profondément préoccupés”. “Nos pensées, nos prières sont avec lui, avec sa famille, avec le peuple japonais”.
 
Le président du Conseil européen Charles Michel s’est dit vendredi “choqué et attristé par l’attaque lâche” contre Shinzo Abe, qu’il a décrit comme un “véritable ami, farouche défenseur de l’ordre multilatéral et des valeurs démocratiques”. “L’UE est aux côtés du peuple du Japon et (du Premier ministre) Fumio Kishida en ces temps difficiles. Profondes condoléances à sa famille”, a écrit M. Michel sur Twitter.
 
Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg: “Profondément attristé par le meurtre odieux de Shinzo Abe, un défenseur de la démocratie et mon ami et collègue depuis de nombreuses années”, a déclaré M. Stoltenberg dans un tweet, adressant ses “plus sincères condoléances” à sa famille, au Premier ministre nippon Fumio Kishida et “au peuple du Japon”, un partenaire clé de l’Alliance.
 
Le président français Emmanuel Macron s’est dit vendredi “profondément choqué par l’attaque odieuse” contre l’ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe. “La France se tient aux côtés du peuple japonais”, a ajouté M. Macron dans un tweet, adressant ses “pensées à la famille et aux proches d’un grand Premier ministre”.
 
Le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est dit vendredi “consterné et attristé” après l’attaque “abjecte” par balle contre l’ex-Premier ministre japonais Shinzo Abe: “Mes pensées vont vers sa famille et ses proches”, a-t-il ajouté. Après l’annonce du décès, le Premier ministre démissionnaire s’est dit “incroyablement triste pour Shinzo Abe. Nombreux sont ceux qui se souviendront du leadership mondial dont il a fait preuve en des temps difficiles”.
 
“Je suis choquée par la nouvelle de l’attaque contre Shinzo Abe. Mes pensées vont vers lui et sa famille”, a tweeté en anglais la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, en marge d’un sommet du G20 à Bali en Indonésie. 
 
“C’est avec horreur que j’ai appris la nouvelle de l’horrible attentat perpétré contre mon ancien collègue de longue date, Shinzo Abe”, a de son côté réagi l’ex-chancelière Angela Merkel. “Notre collaboration était étroite et empreinte de confiance, j’ai toujours eu beaucoup de plaisir à travailler avec lui”, ajoute dans un communiqué Mme Merkel, qui a quitté le pouvoir fin 2021 après seize années à la tête de l’Allemagne. 
 
Le chef du gouvernement italien Mario Draghi a “fermement condamné” vendredi l’attentat contre l’ex-Premier ministre japonais Shinzo Abe, dans un tweet publié simultanément à l’annonce de son décès par des médias japonais. “Le gouvernement italien exprime sa ferme condamnation de l’attentat contre Shinzo Abe. L’Italie est proche de M. Abe et du peuple japonais en ce moment dramatique”.
 
La Russie a dénoncé “un crime monstrueux” et un “acte de terrorisme”. “Nous sommes convaincus que ceux qui ont conçu et commis ce crime monstrueux seront dûment punis pour cet acte de terrorisme qui n’a et ne peut avoir aucune justification”, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.
 
“Nous sommes profondément attristés par les nouvelles en provenance du Japon”, a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, condamnant “de la manière la plus ferme cet attentat”. Shinzo “Abe était un grand patriote du Japon”, a-t-il souligné, exprimant ses “profondes condoléances au peuple japonais”.
 
La Chine s’est dite “choquée” par l’attaque et a exprimé sa “sympathie” à l’égard de sa famille. “Nous suivons l’évolution de la situation et espérons (qu’il) soit mis hors de danger et qu’il se rétablisse au plus vite”, a déclaré lors d’une conférence de presse régulière Zhao Lijian, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.
 
Le Premier ministre indien Narendra Modi s’est dit vendredi “profondément bouleversé”, décrivant l’ex-premier ministre japonais comme un “ami cher”. “Profondément bouleversé par l’attaque contre mon cher ami Abe”, a écrit M. Modi sur Twitter. “Nos pensées et nos prières sont avec lui, sa famille et le peuple japonais”.
Prev Post

Panique au sein de Benno : « Si on continue sur cette lancée, on va perdre les élections »

Next Post

Surendettement public : Les Etats africains demandent aux partenaires de revoir leurs conditions de financement

post-bars
Mail Icon

Newsletter

Get every weekly update & insights