Ce que Aminata Touré conseille à Oulimata Sarr

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:POLITIQUE
You are currently viewing Ce que Aminata Touré conseille à Oulimata Sarr
Aminata Touré, en rupture de ban avec la majorité présidentielle, s’est exprimée sur la nouvelle ministre de l’Économie et de la Coopération  lors de  l’atelier de lancement national des standards de qualité et de performance institutionnelle organisé par le projet Voix  et leadership des Femmes au Sénégal ( VLF-Senegal). » Je voudrais dire clairement à Oulimata  Sarr qu’elle doit veiller que les politiques économiques s’adressent aux droits des femmes, a-t-elle conseillé. C’est une sœur, j’aurai aimé la voir au ministère du Genre. Elle a travaillé pendant des années sur l’équité du genre et voilà une occasion qui lui est donnée pour faire prévaloir une économie équitable sur les droits des femmes ».  Aminata Touré considère que “les femmes  ont des besoins spécifiques  qu’il faut prendre en compte”.
 
 
Évoquant la parité, Aminata Touré estime qu’elle doit être élargie : “ Les femmes ont farouchement lutté pour gagner la loi sur la parité et aujourd’hui, il y a beaucoup de femmes à l’Assemblée Nationale. Cette parité doit être élargie à toutes les sphères de l’État. Il y a  suffisamment de femmes compétentes pour que la parité soit respectée même pour le gouvernement. L’Observatoire national de la parité doit faire des points périodiques pour permettre le respect de la loi”.
 
L’ex Première ministre a formulé une batterie de propositions allant dans le sens de d’une plus grande présence des femmes dans les services de l’État : “Si la femme est considérée comme une citoyenne à part entière, la parité ne doit pas être simplement une affaire politique. Elle doit être prolongée jusqu’au  recrutement dans la fonction publique. Il est, également,  important qu’au niveau de chaque ministère on puisse évaluer quelle est  la part qu’il faut allouer à la condition féminine. En effet les femmes représentent plus de la moitié de la population et donc ce ne serait que justice qu’elles aient une part respectable dans les budgets des différentes structures”.